Une immersion
dans la France de 1808
en compagnie de Napoléon























Un voyage de Napoléon
2 avril - 15 août 1808
Alain Fougeray-Casamayou
ISBN 9791097108540
format 160 x 240  500 pages
prix public TTC  24 €
commander en ligne
Le texte
Ce 2 avril 1808, Napoléon quitte Saint-Cloud et prend la route de Bayonne afin d’y rencontrer la famille royale d’Espagne et régler avec eux – au profit de l’Empire – les problèmes dynastiques de ce pays. La traversée de Saint-Cloud à Bayonne s’effectue à un rythme accéléré et Napoléon, après s’être arrêté quelques jours à Bordeaux, où il est rejoint par l’Impératrice Joséphine, arrive à Bayonne le 14 avril et loge au château de Marrac qu’il a fait acheter, jusqu’au 21 juillet suivant.
Dans la nuit du 21 au 22 juillet, il reprend la route en direction de Pau, passe successivement à Tarbes et Auch avant de s’arrêter quelques jours à Toulouse. Et c’est de nouveau une course à travers les départements du Sud-ouest. Montauban, Agen sont visitées. À Bordeaux, il apprend la capitulation de Baylen. Sans attendre, il décide de rentrer à Paris mais ne voulant pas mécontenter les populations des départements de l’Ouest, il décide néanmoins d’en visiter certains. Il passe à Saintes, Rochefort, La Rochelle, Fontenay-le-Comte, Napoléon (Vendée) et s’arrête deux jours et demi à Nantes. Par Angers, Saumur, Tours, Blois et Vendôme, il rejoint Saint-Cloud et assiste le 15 août à Paris aux fêtes données pour la saint Napoléon.
Le propos de l’ouvrage est de raconter cette équipée dans les départements de l’Empire. On suit Napoléon pas à pas, dans le quotidien de ce voyage, et presque heure par heure. C’est une reconstitution précise, uniquement basée sur les archives ou les témoignages des contemporains. C’est également l’occasion de percevoir l’état d’esprit des français à l’apogée de l’Empire au moment même où une première lézarde (la capitulation de Baylen) se dessine dans l’édifice impérial.
Les réjouissances populaires, l’enthousiasme des villes et des campagnes, les gardes d’honneur, les discours des maires et des préfets forment l’armature de cette étude nouvelle.
Dix chapitres composent ce travail suivis d’un appendice qui décrit le passage très rapide Napoléon sur la même route en octobre 1808 et janvier 1809, ainsi que le dernier voyage, triste, qui l’amène à l’île d’Aix d’où il partira pour Sainte-Hélène. Quatre annexes justifient l’étude : l’état des dépenses du service du grand écuyer pour ce voyage, les décrets pris par Napoléon en faveur des villes et des départements traversés ; les gardes d’honneur, formations urbaines paramilitaires qui l’accompagnèrent et enfin une annexe de notices biographiques des personnages rencontrés au long de ces pages. De très nombreuses notes éclairent certains points de la rédaction.

L' auteur
Alain Fougeray, est né en 1948. Ancien attaché du ministère de la Culture. Une carrière administrative (Direction régionale des affaires culturelles de Bretagne, Préfecture de région, IHEDN, et administration centrale) et culturelle dans les services d’archives et bibliothèques, l’ont amené à traquer le document inédit au milieu de centaines de cartons de documents. Spécialisé en histoire militaire, il s’est particulièrement intéressé aux Gardes d’honneur du Consulat et de l’Empire (cf. Tradition Magazine octobre et novembre 2002), et donc aux voyages de Napoléon..